Promoteur menteur

Dans l'axe de la rue OllivaryRéalisée par le promoteur CA Monné-Decroix, filiale de Crédit Agricole Immobilier, cette résidence, conçue par les architectes J. C. Nogaro et le Cabinet Archipole Sud, propose 50 appartements du T2 au T4. Construite sur une très ancienne exploitation agricole où l’on cultivait de l’ail, la « Bastide de l’Aillaude » est idéalement située blabla bla… »

C’est le texte visible sur le site du CA Immobilier pour annoncer la pose de la première pierre de cette mocheté.
C’est tellement hideux que l’architecte, sur son site internet tout en anglais pour faire architecte de classe internationale, n’en parle même pas.
Quand je vois la pers’ horrible qui a servi au panneau de chantier et qui a dû aussi servir au dossier de PC et à la plaquette commerciale, je ricane. A l’heure de la 3D hyperréaliste, ce n’est plus du mauvais goût : c’est du mensonge.
Chaque fois que je passe par la traverse de l’Aillaude et que je tombe sur ce bâtiment, j’en ai un haut-le-cœur. J’ai donc fait la photo du bâtiment fini pour bien monter non pas les 7 mais les 250 différences. Dans sa grande humanité, le promoteur a conservé les piliers d’entrée du domaine. Moi, je les aurai viré. Tant qu’à faire. Dans le texte d’intro, le CA parle d’une « très ancienne exploitation agricole », comme pour rendre faire croire qu’il n’y avait que des champs. Mais sur le cadastre pas très à jour de la ville de Marseille, on voit encore très clairement l’emprise de la Bastide. Bastide qui était plutôt jolie. Et comme toutes les bastides entourée d’un vaste terrain. Hélas.

 

Dans l'axe de la rue Ollivary

Dans l'axe de la rue Ollivary - © texte et photo : Laurent Carte