Pauvre David !

Il n'y a pas que le David à détourner le regard.

Et oui. Ce chantier est fini. Et le bâtiment va rester là, trapu, lourd, laid pendant quelques décennies. On pouvait espérer bien mieux pour finir cette avenue du Prado, axe bourgeois vers la mer, que cette triste réalisation.

Photo : Laurent Carte